La compensation carbone par Vinea Énergie

Temps de lecture : 3 minutes

C’est quoi la compensation carbone ?

Lorsque l’on parle des « émissions carbone », cela englobe les émissions de tous les gaz à effet de serre (GES), que l’on quantifie en tonnes équivalent CO2 (T eq.CO2). La Stratégie Nationale Bas-Carbone détaille l’ambition française d’atteindre la neutralité carbone nette d’ici 2050. Le levier principal pour atteindre cette neutralité est de limiter les émissions de GES dans tous les secteurs.

Pour les entreprises et les collectivités, cela passe tout d’abord par un audit de ses émissions sous la forme d’un bilan carbone qui servira de référence pour définir et mesurer l’impact des différentes stratégies environnementales mises en œuvre. En complément de ce plan d’action Mesurer > Éviter > Réduire, il est possible d’agir via la compensation volontaire.

Comment ça marche ?

D’un côté se trouve une entreprise ou une collectivité qui cherche à acheter des crédits carbone. De l’autre, on parle de porteurs de projets, qui par leur action évitent ou séquestrent des émissions de CO2. Dans le cas de la collecte des pieds de vigne pour éviter qu’ils soient brûlés à l’air libre, il s’agit bien de CO2 évité. Ici, le porteur de projet sera le viticulteur qui a fait appel aux services de Vinea Énergie.

Afin de garantir à l’acheteur que les émissions ont bien été réduites, et qu’il finance donc bien quelque chose de concret, ces transactions sont encadrées juridiquement. Un projet doit entrer dans une démarche labellisée et/ou auditée selon une méthode stricte. Une importance particulière est accordée à la traçabilité des crédits carbone, du porteur de projet jusqu’à l’acheteur final. C’est pourquoi Vinea Énergie a choisi de s’associer à Carbonapp, qui se charge de générer et de valoriser financièrement des crédits carbone pour le compte des viticulteurs.

Et concrètement, pour un viticulteur, ça donne quoi ?

Le viticulteur qui a un projet d’arrachage contacte Vinea Énergie, via le site internet ou par téléphone, et reçoit un devis pour la collecte et le recyclage de ses pieds de vigne. En validant le devis, il atteste que sans l’intervention de Vinea Énergie, il aurait brûlé ses ceps de vigne à l’air libre.

Le viticulteur procède à l’arrachage de sa parcelle dans le respect du cahier des charges de Vinea Énergie, à savoir : dépalissage impératif, pieds et piquets bois séparés, rassemblés en bordure de parcelle. Si le viticulteur ne souhaite pas effectuer le tri, Vinea Énergie pourra s’en charger moyennant un surcoût qui ne pourra pas faire l’objet de compensation carbone.

Après la collecte, le viticulteur signe un mandat autorisant Carbonapp à rassembler l’ensemble des pièces nécessaires pour générer et faire vérifier les crédits carbone, à les inscrire dans un registre qui garantit le respect des contraintes juridiques et à proposer ces crédits carbone aux financeurs qui souhaitent entrer dans une logique de compensation volontaire. Une fois les crédits vendus, dans un délai de 6 à 12 mois le viticulteur reçoit l’équivalent financier de ses crédits carbone. Cette somme représente jusqu’à 90% du coût de collecte facturé par Vinea Énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser le language HTML:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>